AccueilAccueil>Rôle du complément dans les RIAKI

Rôle du complément dans les RIAKI

L'activation du système du complément apparait comme un élément déterminant lors des insuffisances rénales aigües consécutives à une rhabdomyolyse (dégradation des cellules musculaires). Publié par l'équipe de Lubka Roumenina le 30 octobre dans Kidney International.

La rhabdomyolyse est une pathologie caractérisée par la dégradation des cellules des muscles striés squelettiques qui libèrent alors leur contenu cellulaire, et notamment la myoglobine – protéine du stockage de l’oxygène – dans la circulation. Elle survient le plus souvent chez les sportifs à la suite d’un effort soutenu, chez les personnes âgées après une chute mais aussi dans des contextes infectieux, génétique et lors de blessures dues à des catastrophes naturelles ou des conflits armés. Elle est responsable d’une lourde morbi-mortalité (mortalité associée à cette maladie) notamment en raison de sa principale complication : l’insuffisance rénale aigüe ((Rhabdomyolyse-Induced Acute Kidney Injury =RIAKI), qui apparait dans 10% des cas, dont l’origine est mal connue et pour laquelle il n’existe pas de traitement spécifique.


Dans un article paru dans Kidney International, meilleure revue spécialiste du rein, l’équipe de Lubka Roumenina, au Centre de Recherche des Cordeliers, en collaboration avec plusieurs équipes hospitalières en France, montre que le complément, un groupe de 35 protéines impliqué dans la réponse immunitaire, est directement impliqué dans la pathologie rénale associée à la Rhabdomyolyse. En effet, les protéines C3 et C5, deux protéines centrales dans l’activation du complément, se déposent sous leur forme activée dans le rein lors de RIAKI. Ce résultat est confirmé par l’absence de complication rénale post-rhabdomyolyse chez des souris mutantes délétées du gène codant pour la protéine C3.

 

Dépôt massif de C3 (vert) dans les tubules proximaux d’une coupe de rein de souris atteinte de RIAKI. Les vaisseaux sanguins (CD31) et les noyaux cellulaires sont marqués en rouge et bleu respectivement.

 Les chercheurs ont de plus montré que le complément est activé par deux voies différentes lors de la rhabdomyolyse, celle des lectines et la voie alterne, et que l’hème, normalement associé à la myoglobine, est impliqué dans cette activation.


Ces résultats permettent d’envisager de nouvelles voies thérapeutiques pour les patients atteints de RIAKI, une maladie qui peut avoir une issue fatale et pour laquelle il n’y a pas de traitement très efficace à ce jour.

   

Cet article a fait l’objet d’une communication par l’Inserm : voir le CP
Article original :
Complement activation is a crucial driver of acute kidney injury in rhabdomyolysis.  Boudhabhay I, et al.  Kidney Int. 2020 Oct 30  doi: 10.1016/j.kint.2020.09.033. PMID: 33137339
 

 


 

Les Outils